Pour ou contre le retrait du permis de conduire aux seniors dont la conduite est jugée pour certains dangereuse ? Voici quelques arguments avancés par les partisans du oui et les solutions proposées par ceux du non.

Pourquoi supprimer le permis aux seniors ?

Chaque accident de la route causé par un senior relance la polémique sur la suppression de leur permis de conduire.

L’âge venant, la vue et l’audition baissent, le temps d’analyse et de réaction face aux situations complexes augmente. Il y a aussi de fortes chances de consommer plus de médicaments induisant une baisse de vigilance. Bref, les conducteurs seniors représentent un danger de la route pour eux et les autres.

En matière de sécurité routière française, il n’existe aucun contrôle médical obligatoire. Pour les adeptes de la suppression, la législation française est à la traîne et devrait s’aligner sur les pays européens qui ont mis en place un contrôle médical obligatoire à partir de 60, 65 ou 70 ans.

Certains préconisent aussi d’apposer un macaron sur le véhicule pour signaler les conducteurs âgés, comme c’est déjà le cas pour les jeunes conducteurs.

D’autres affirment que la mobilité et l’autonomie des seniors ne passent pas forcément par la conduite automobile. Mieux vaut les encourager à prendre les transports en commun. Dans cette optique, cela permettrait de fluidifier la circulation automobile et de réduire les problèmes environnementaux.

Comment conduire en sécurité pour les seniors ?

Les partisans du permis à vie pensent que la question est plutôt de savoir jusqu’à quel âge chacun peut conduire. Supprimer le permis représenterait une atteinte à la liberté individuelle et à l’autonomie des seniors. Inutile donc de discriminer les seniors, alors qu’ils causent le moins d’accidents, et de grossir le bataillon des conducteurs sans permis !

Des dispositions légales et alternatives au déplacement individuel des seniors existent déjà, il suffirait de les amplifier.

Demandez un contrôle médical si vous souffrez d’une pathologie incompatible avec la conduite d’un véhicule ou nécessitant son aménagement. Chaque département dispose d’une commission médicale de la préfecture habilitée à délivrer un certificat d’aptitude à la conduite.

Consultez régulièrement votre médecin traitant et votre ophtalmologiste. Ils évalueront vos capacités motrices, visuelles, auditives, mentales et cognitives. Et, ils vous donneront des conseils pour adapter votre conduite à votre état.

Écoutez votre entourage. Vos proches sont souvent les premiers à détecter vos difficultés à conduire prudemment.

Renseignez-vous. Certaines communes proposent des minibus, des pousse-pousse électriques et des taxis à prix abordables avec réservation. Privilégiez le train, le covoiturage ou l’avion pour les longs trajets.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here